Les exemples les plus marquants de mauvais choix de nom de marque

Nous allons vous présenter notre avis sur différentes marques qui ont au départ mal choisi leurs noms. Et pourtant, nous sommes parfois partisans de ces mauvais choix. Il ne faut pas toujours suivre les grands principes.

 

choisir un nom de marque

Les marques qui ont choisi des noms difficiles

Dans le monde concurrentiel du marketing, le choix d’un nom de marque est crucial pour le succès d’une entreprise. Un nom de marque doit être facile à prononcer, à retenir et à identifier pour les consommateurs. Malheureusement, certaines marques ont fait des choix de noms qui ont été désastreux pour leur image et leur notoriété.

Under Amour : On se plante de nom et finalement ça passe !

Un exemple de mauvais choix de nom de marque est celui de la société de vêtements de sport « Under Armour ». Bien que ce nom soit facile à prononcer, il est difficile à retenir pour les consommateurs. De plus, le nom ne reflète pas clairement l’activité principale de l’entreprise, ce qui peut entraîner une confusion chez les consommateurs.

Cette marque a été créée en 1996 et était d’abord des tee shirt qui absorbaient la transpiration. Avouer quand même qu’en tant que français, le nom de la marque est assez connoté sous-vêtements. La marque a diversifié ses produits pour couvrir de nombreux sports … mais également des activités comme la pêche ou la chasse …huumm ! on s’éloigne. des chaussures. Encore plus loin. Même le logo a été redessiné plusieurs fois. A la base, le frère du créateur de la marque a compris Under Armour au lieu de Body Amur.

En conséquence, Under Armour a dû dépenser des sommes considérables en publicité pour faire connaître sa marque et éduquer les consommateurs sur son activité. La marque s’est lancé dans un vaste programme de partenariats avec des clubs sportifs et sponsorise directement certains athlètes. Un pari gagnant qui a réussi à faire connaitre la marque.

 

dépenses marketing under amour

 

Notre avis : un nom qui se présente très mal au début et est né d’une confusion. Un nom complètement écorché en France : qui prononce le R de Armour qui veut dire armure en anglais ? Beaucoup de français prononcent Amour. Pourtant, à force d’efforts marketing la marque sait se faire connaitre, son logo devient reconnaissable. Et le pompon !… Même si les français prononcent Amour, ça colle plutôt bien à la marque qui prône la qualité de ses vêtements qui prennent soins de l’athlète …avec Amour pourrait on ajouter.

Ce que nous aurions fait : Quand nous accompagnons des marques, parfois nous conseillons de ne pas changer le nom, mais de se raccrocher à quelque chose de vrai et de le faire parler, c’est souvent plutôt payant plutôt que de s’engager dans un changement de nom qui nécessitera beaucoup de travail avant d’atteindre la notoriété souhaitée. Qui dit changement de nom dit changement de logo et d’enseignes. Ça coûte un bras !

Retour en arrière toute pour le rebranding de Royal Mail.

En 2001, Royal Mail, le service postal national du Royaume-Uni, a décidé de changer son nom en Consignia. Le but était de mieux refléter l’étendue de ses activités. Cependant, le nouveau nom a été largement critiqué et a causé une confusion significative parmi le public. Le changement de nom a été si impopulaire que l’entreprise est revenue à son nom original, Royal Mail, un an plus tard.

L’introduction de la marque Consignia en janvier 2001 a coûté un total de 1,5 million de livres sterling. Environ un an et demi plus tard, l’entreprise a dépensé 1 million de livres sterling pour changer de marque sous le nom de Royal Mail.

rebranding

 

Notre avis : les rebrandings qui changent trop de fonctionnalités de la marque courent le risque de perdre l’identification de la marque. Il est important de se rappeler que les consommateurs peuvent avoir de forts liens émotionnels avec certains aspects d’une marque ou d’un produit. Lors du changement de marque, il est important de choisir un nom qui honore l’histoire et la réputation de l’ancienne version. on ne doit pas tout casser mais s’appuyer sur des valeurs fortes. Et puis observez le logo et les 3 ronds qui ne veulent rien dire.

Ce que nous aurions fait : Royal et Mail sont deux mots assez forts. La couronne tout un symbole. Nous aurions replongé dans l’histoire de la marque et la vision du nouveau groupe pour créer un nom moderne qui s’appui sur des vraies valeurs. Certainement plus axé sur la valeur du service et de la proximité avec les clients.

 

Les marques dont le nom est trop similaire à celui d’une autre entreprise déjà établie

 

Talk Talk confondu avec AT&T. Trop de T tue le T… quand on surfe sur les mots télégraphe et téléphone en utilisant la même couleur de logo.

L’un des exemples les plus célèbres de ce type de mauvais choix de nom de marque est celui de la société de télécommunications britannique « TalkTalk ». Lorsque cette entreprise a été lancée en 2003, elle a choisi un nom qui portait confusion avec la société de télécommunications américaine « AT&T ». Non seulement les noms étaient presque identiques, mais les logos des deux entreprises étaient également très similaires. Cette confusion a causé de nombreux problèmes pour TalkTalk, car les consommateurs confondaient souvent les deux entreprises et attribuaient à TalkTalk les problèmes de service de AT&T. Cette confusion a finalement conduit à une baisse de la réputation de TalkTalk et à une perte de clients.

talktalk group8479

Monster energy surfe sur Red Bull.

Un mauvais choix de nom de marque est celui de la société de boissons énergisantes « Monster Energy ». Lorsque cette entreprise a été lancée en 2002, elle a choisi un nom qui rappelait celui de la société de boissons énergisantes « Red Bull ». En copiant le positionnement de Red Bull qui était déjà bien établit comment voulait il se positionner sinon que comme un challenger ! De plus, la similitude de la proposition a également conduit à des accusations de plagiat de la part de Red Bull, ce qui a nui à la réputation de Monster Energy.

Lorsque les noms de marque sont trop similaires à ceux d’autres entreprises déjà établies, cela peut causer de la confusion chez les consommateurs et nuire à la réputation de l’entreprise. Il est essentiel de mener des recherches approfondies pour s’assurer que le nom de marque choisi n’est pas déjà utilisé par une autre entreprise. De plus, il est important de prendre en compte les valeurs et l’identité de l’entreprise lors du choix d’un nom de marque, afin de créer une connexion significative avec les consommateurs.

Ce que nous aurions fait : Plutôt que de copier un nom, nous serions resté sur un nom qui ne soit pas évocateur d’énergie et nous aurions joué sur une publicité transformant un petit garçon chétif qui se fait embêter à la récréation dans la cours en monstre ou en géant. « la petite boisson qui l’air de rien fait tout son effet », « avec XXX plus personne n’osera te traiter de minus ! », voilà nos slogans.

Le contre pied de ce qu’on vous a dit existe et on a des idées à faire sur la marque Aubade

Notre avis : nous aimons bien bien penser différemment des tendance parfois 😉 Vous connaissez certainement les marques Aubade, la cuisine et la lingerie. Même nom et pourtant ça cohabite.

Ce que nous aurions fait : on ne les a pas comme client mais on aimerait bien car on leur proposerait bien de faire du co branding. La salle de bain n’est elle pas l’endroit où la femme se fait belle avant de mettre sa lingerie ?

PUB 20 1I10 1I93 1I70 1L14 1L60 NOIR 219web 6default

 

Les marques dont le nom est offensant ou inapproprié dans certaines cultures ou langues

Les marques sont souvent reconnues par leur nom, qui peut devenir un élément clé de leur identité. Cependant, il arrive parfois que certaines marques fassent des choix de nom qui se révèlent être des erreurs monumentales. Dans cette section, nous allons nous pencher sur les exemples les plus marquants de mauvais choix de nom de marque, en particulier ceux qui sont offensants ou inappropriés dans certaines cultures ou langues.

L’un des exemples les plus célèbres de mauvais choix de nom de marque est celui de la boisson « Pee Cola ».

Bien que le nom puisse sembler innocent à première vue, il est en réalité très offensant dans de nombreuses langues, notamment en anglais. En effet, « pee » est un terme familier pour désigner l’urine, ce qui rend ce nom totalement inapproprié pour une boisson. Ce choix de nom a suscité de vives réactions et suscité la faillite d’un même nom de marque en Inde.

Notre avis : observez également le logo. Similaire à Pepsi. Et pourtant si la marque a fait faillite en Inde. il existe au Ghana une boisson appelée Pee Cola qui est toujours en vente. Au Ghana on parle anglais, donc les habitants savent très bien que peu veut dire pisse ! Mais ce nom veut aussi dire « très bon cola » en ghanéen. La confusion linguistique n’a donc pas entrainé la faillite de la marque au Ghana. Bilan : on peut faire beaucoup avec un nom de marque. Certains de nos clients veulent le nom idéal et mettent des lustres à le choisir. on leur propose 50 noms et ils ne savent pas choisir. Voyez qu’avec un nom de pisse on peut quand même vendre 😉

Ce que nous aurions fait : Si ça marche au Ghana, on aimerait bien tester les cola saveur citron histoire de jouer sur la couleur. ça ferait certainement le buzz.

marque branding

 

Les noms de marques de voiture : attention à la traduction.

Un exemple frappant est celui de la marque de voitures « Nova » de Chevrolet. Bien que ce nom puisse sembler attrayant pour un marché anglophone, il a été un échec retentissant en Amérique latine. En espagnol, « no va » signifie littéralement « ne fonctionne pas ». Il est donc facile de comprendre pourquoi cette marque n’a pas réussi à percer sur le marché hispanophone. Ce mauvais choix de nom a coûté cher à Chevrolet, qui a dû renommer la voiture dans certains pays pour éviter toute confusion.

La Montero est une voiture-phare du constructeur automobile Mitsubishi, mais elle ne s’est pas toujours appelée comme ça. Au départ, la Montero se nommait la Pajero. Or, en espagnol paja signifie « masturbation » (ou plutôt « branlette », on ne va pas se le cacher) et pajero en conséquence veut dire « branleur ». D’où le changement de nom, effectué malheureusement un peu trop tard puisque le marché hispanique avait déjà été investi par les premiers modèles.

La Honda chatte ça vous parle ? Vous avez sans doute déjà entendu parler de la Honda Jazz. Eh bien cette fameuse Honda Jazz s’appelait auparavant Honda Fitta, jusqu’à la commercialiser en Europe du Nord. Bizarrement, en Suède, en Norvège et au Danemark, Fitta veut dire « vulve » ou  « chatte ». Mince !

Capture decran 2024 06 06 a 15.10.17

Un exemple plus récent est celui de la marque de vêtements pour enfants « Kooga ».

Bien que ce nom puisse sembler inoffensif, il est en réalité très offensant dans la langue maorie de Nouvelle-Zélande. En maori, « kooga » signifie « excrément ». Ce choix de nom a été perçu comme irrespectueux envers la culture maorie et a suscité une vive réaction de la part de la communauté. La marque a finalement dû changer de nom pour éviter tout préjudice supplémentaire.

Ces exemples illustrent l’importance de la recherche approfondie et de la compréhension des différentes cultures et langues lors du choix d’un nom de marque. Il est essentiel de s’assurer que le nom choisi ne soit pas offensant ou inapproprié dans certaines régions du monde. Les marques doivent également être prêtes à réagir rapidement en cas de mauvais choix de nom, afin de limiter les dommages causés à leur réputation.

 

Notre avis : On arrive à faire vendre un nom de marque qui veut dire pisse tant qu’il peut signifier autre chose dans l’esprit du consommateur. On a déjà testé de faire créer des marques par des enfants, on trouve des noms sympas qui ne veulent rien dire dans aucune langue, c’est top !

Ce que nous aurions fait : l’adaptation des marques aux pays. dès qu’une marque part à l’international, il faut penser à sa traduction. En ce sens, mieux vaut choisir un prénom comme Mercedes ou un nom qui ne veut strictement rien dire.

 

La délexicalisation des marques.

C’est notre avis particuliers chez MR Stratégies, mais nous pensons que de nombreuses marques raisonnent en oubliant leur nom. L’expérience apprend que la marque acquiert son autonomie qui va au delà du nom : on dit qu’elle se délexicalise.

En d’autres termes, on donne un autre sens aux mots. Comme dans l’exemple de Pee Cola. Personne ne sait que Mercedes est un prénom, personne en France ne fait de confusion entre la marque d’outillage Bosh et les bosches (les allemands de façon irrespectueuse). Casino ne renvoie pas à un espace de jeu mais à des supermarchés. Orange fait bien référence à de la téléphonie et n’est pas limité à une couleur.

La marque Gerber appartient au groupe Nestlé et est spécialisée dans la commercialisation de petits pots pour bébés. rachetée par Nestlé en 2007, elle avait été créée pr Daniel et Dorothy Gerber. Or, en français, gerber veut dire vomir ! Quand on connait la réputation de goût des petits pots on aurait pensé choisir un nom aux consonances plus douces. Pourtant, Gerber a décidé de ne pas changer de nom sur le marché français. Délexicalisation vous dis-je !!!

erreur de nom de marque
nom marque délexicalisation

 

Les marques dont le nom ne reflète pas correctement le produit ou le service qu’elles proposent

Un exemple classique de mauvais choix de nom de marque est celui de la société de télécommunications « Orange ».

Bien que le nom soit accrocheur et facile à retenir, il ne donne aucune indication sur les services offerts par l’entreprise. En effet, « Orange » ne fait pas penser immédiatement à la téléphonie mobile ou à l’accès à Internet. Ce choix de nom de marque pour orange peut donc prêter à confusion pour les consommateurs qui pourraient ne pas comprendre immédiatement ce que propose l’entreprise.

Notre avis : C’est plutôt un bon plan d’avoir pris ce nom de marque. Ok, tous les marqueteurs vont critiquer, dire que le nom n’a aucun sens et aucune valeur. Nous pensons le contraire. Dans le milieu des télécoms, tout le monde s’appelle télécoms machin chose ou T, comme AT&T voir plus haut. Alors comment être différent ?  En adoptant un nom de marque différent du secteur.

Ce que nous aurions fait : la même chose certainement !

Deux exemples de ce que nous faisons :

Notre client qui souhaite reprendre son nom de groupe ShopCaisse, on vous en a parlé. Il fait tout autre chose que de la caisse maintenant et propose des solutions innovantes pour faciliter la vie du commerçant. Après une étude de son marché, tous les concurrents s’appellent pareil avec des noms qui sonnent digital et pas en se terminant par till, order, pad. Comment les différencier, comment sortir du lot ? Avec un nom sonnant totalement différemment qui ne veut rien dire…. et on ajoute sous le logo une belle baseline tournant autour de la promesse client (facilité d’utilisation) et le tour est joué.

rebranding

 

Pour Demeco Group, leader du déménagement. Problème, il ne font pas que ça. Deuxième problème, ils accompagnent la mobilité des personnes. A vouloir trouver un nom autour de la mobilité on se serait perdu. Mobilitruc, etc… La mobilité c’est aussi les trains, les régions administratives. Eux c’est la mobilité des gens autour de leur déménagement… mais faut pas que ça sonne déménagement, mince ! On a choisit un nom totalement différent : HEXVIA. Pour le coup, on y a mis des valeurs et le nom veut clairement dire quelquechose en interne car il doit mobiliser. Mais on est fier d’avoir proposé autre chose que les gentlemen du déménagement ou les déménageurs bretons.

Deux exemples de choix de noms qui ne veulent rien dire du produit et bénéficient d’une bonne notoriété.

Un autre exemple de mauvais choix de nom de marque souvent cité est celui de la société de vente en ligne « Amazon ». Bien que le nom soit devenu synonyme de commerce électronique, il ne reflète pas vraiment la diversité des produits vendus par l’entreprise. En effet, le nom « Amazon » évoque plutôt la forêt tropicale et la biodiversité, ce qui peut sembler déconnecté du monde du commerce en ligne. Cependant, malgré ce choix de nom de marque peu intuitif, Amazon a réussi à construire une image de marque forte et à devenir l’un des leaders mondiaux du commerce électronique.

Un autre exemple de mauvais choix de nom de marque est celui de la société de boissons énergisantes « Red Bull ». Bien que le nom soit accrocheur et mémorable, il ne donne aucune indication sur le goût ou les effets de la boisson. En effet, « Red Bull » ne fait pas penser immédiatement à une boisson énergisante, mais plutôt à un animal sauvage. Ce choix de nom de marque peut donc prêter à confusion pour les consommateurs qui pourraient ne pas comprendre immédiatement ce que propose l’entreprise.

rebranding red bull marque

Notre avis : c’est risqué au lancement de la marque car on n’introduit pas le produit. Mais c’est tellement plus souple pour communiquer. Le nom est uniquement là pour marquer et on peut faire passer n’importe quel message derrière. C’est donc souple.

Ce que nous aurions fait : On aime bien quand le nom ne veut rien dire …. ou quand il signifie les valeurs de l’entreprise. On aime moins s’appuyer sur des termes présentant trop les qualités et le produit. par exemple comme Mobilico. On trouve ça réducteur, ça ne permet pas le développement de la marque et oblige à rester concentré sur le nom alors qu’il peut y avoir tellement de choses à dire avec un slogan, un logo ou une bonne campagne de pub.

 

Les marques dont le nom est trop générique et ne se démarque pas de la concurrence

L’un des exemples les plus frappants de mauvais choix de nom de marque est celui de la société « Generic Products ». Comme son nom l’indique, cette entreprise a opté pour un nom extrêmement générique qui ne fait rien pour la distinguer de ses concurrents. En choisissant un nom aussi banal, Generic Products a manqué une occasion précieuse de se démarquer et de créer une identité unique pour sa marque. Les consommateurs ont du mal à se souvenir d’une marque qui porte un nom aussi commun, ce qui peut nuire à la notoriété de l’entreprise.

Un autre exemple de mauvais choix de nom de marque est celui de la société « Basic Solutions ». Encore une fois, ce nom est extrêmement générique et ne se démarque pas de la concurrence. En optant pour un nom aussi banal, Basic Solutions a manqué l’occasion de créer une identité forte pour sa marque. Les consommateurs ont du mal à se souvenir d’une marque qui porte un nom aussi commun, ce qui peut nuire à la notoriété de l’entreprise.

Un troisième exemple de mauvais choix de nom de marque est celui de la société « Standard Services ». Comme les exemples précédents, ce nom est trop générique et ne se démarque pas de la concurrence. En choisissant un nom aussi banal, Standard Services a manqué l’occasion de créer une identité unique pour sa marque. Les consommateurs ont du mal à se souvenir d’une marque qui porte un nom aussi commun, ce qui peut nuire à la notoriété de l’entreprise.

Vous venez sans doute de lire les noms de trois marques que vous ne connaissez pas !

Notre avis : quite à être générique, autant opter pour un nom qui envoie vers d’autres univers comme l’ont fait Amazon ou Orange.

Ce que nous aurions fait : On aime les noms génériques quand c’est approprié comme par exemple pour hôtels.com ou booking.com